LA VIOLENCE CONJUGALE

EN SUIS-JE VICTIME ?

CHICANE DE COUPLE
OU VIOLENCE CONJUGALE ? 5

Il peut être parfois difficile de distinguer une dynamique de violence conjugale d’une chicane de couple. Il y a pourtant des éléments importants qui les différencient.

 

VIOLENCE CONJUGALE

CHICANE DE COUPLE

RECHERCHE DE POUVOIR SUR L’AUTRE

OUI
Utilisation de comportements violents envers l’autre, sous diverses formes, dans le but de dominer l’autre personne afin qu’elle se soumette à sa volonté.

NON
C’est l’expression d’un différend entre les partenaires. Le sujet est un enjeu, pas le pouvoir, même s’il y a possibilité d’une forte charge émotive et de manifestation d’agressivité. Chacun essaie de convaincre l’autre.

INTENTION

POUVOIR et CONTRÔLE
La violence est le moyen choisi pour arriver à obtenir le pouvoir. Il s’agit d’un acte prémédité. La personne utilise des stratégies et des prétextes pour parvenir à ses fins.

CONVAINCRE
Un problème à résoudre est la cause du conflit et non le prétexte. L’intention est claire : convaincre l’autre. Les enjeux sont évidents et ce, pour les deux partenaires : on parle de transparence.

PERSISTANCE

OUI
La violence persiste dans le temps et peut être définie par un modèle, car elle est cyclique et récurrente.

NON
Le conflit est ponctuel, même si le sujet de la crise peut revenir. On ne parle pas de persistance, ni de cycle.

IMPACT

Une des personnes veut le pouvoir à tout prix et l’autre doit s’y soumettre. Un des partenaires ressent les impacts de la crise : il y a une victime. L’impuissance et la peur s’installent.

Liberté d’action et spontanéité possible de part et d’autre. Chacun s’exprime librement.

SUIS-JE DANS UNE DYNAMIQUE DE VIOLENCE ? 6 7

AVEC VOTRE CONJOINT…

 

  • Il vous arrive souvent d’avoir l’impression de marcher sur des œufs.
  • Il tente de vous éloigner de votre famille ou de vos amis.
  • Il vous blâme de tout, il n’assume aucune responsabilité de ces gestes.
  • Il peut vous téléphoner plusieurs fois dans la journée pour savoir ce que vous faites et avec qui vous êtes.
  • Il peut se comporter de façon très cruelle et ensuite, il vous dit que vous êtes trop sensible ou que vous n’avez pas le sens de l’humour.
  • Il vous arrive d’avoir parfois peur de ce qu’il pourrait faire lorsque vous vous disputer, alors vous cessez de discuter.
  • Il insiste pour avoir des relations sexuelles avec vous et vous ne pouvez refuser sans quoi, c’est une crise.

EST-CE QU’IL VOUS ARRIVE DE DIRE…

 

  • « C’est ma faute… Je le savais, je n’aurais pas dû le provoquer. »
  • « C’est moi qui ai commencé. »
  • « Il doit bien y avoir une raison à cette  violence. »
  • « S’il arrêtait de boire, ce serait tellement différent. »
  • « Si seulement il ne consommait pas autant, il ne perdrait pas le contrôle. »
  • « S’il se trouvait un emploi ou si son emploi était moins stressant, il serait moins préoccupé et plus calme. »
  • « Si seulement les enfants n’étaient pas si tannants, il pourrait se reposer. »
  • « Il m’aime tellement, c’est normal qu’il soit jaloux. »

Si vous vous reconnaissez dans une ou plusieurs situations, contactez-nous pour y voir clair et en discuter.

LA VIOLENCE N’A AUCUNE RAISON D’ÊTRE, NI AUCUNE EXCUSE !

L’alcool, le stress, les troubles de santé mentale ou un passé empreint de violence ne sont pas les causes de la violence conjugale.
 La violence n’est pas une maladie !
La violence est un choix !
Au Québec des milliers de femmes vivent de la violence conjugale,  vous n’êtes pas seule !